2013-07-20

La violence dans les jeux vidéo

On discute souvent de la violence dans les jeux vidéo. Quand les jeux vidéo font la manchette, c'est souvent relié à leur contenu violent et son effet sur le joueur.
 
Image de videogamebot.wordpress.com
D'un côté, depuis longtemps, lorsqu'on critique la violence dans les jeux vidéo, la communauté de joueurs se défend en disant quelque chose comme « c'est juste un jeu ». Puisque ce n'est qu'un simple passe-temps, comment est-ce que ça peut nuire au joueur? Or, cet argument ne se tient plus puisqu'il existe de plus en plus de jeux sérieux qui traitent de sujets importants. Étant donné l'immense nombre de personnes qui jouent des jeux vidéo, on ne peut plus dire que le contenu des jeux n'est pas important.

De l'autre côté, les politiciens, les parents inquiets et autres personnes ont toujours affirmé que les jeux vidéo violents mènent à la violence en vraie vie. Beaucoup de ces accusations semblent mal fondées puisque les accusateurs critiquent les jeux vidéo sans vraiment les connaitre. Faire un bouc émissaire des jeux vidéo n'aide personne.

Au lieu d'ignorer la question ou d'aveuglement critiquer les jeux vidéo, il est temps de découvrir ce que signifie vraiment la violence dans les jeux vidéo. Même si la question existe depuis la naissance des jeux vidéo, maintenant est un très bon moment d'aborder la question. Pourquoi? Parce que même des jeux vidéo donnent leurs avis.

Violence justifiée

La justification de la violence est importante dans les jeux vidéo. Les jeux de guerre justifient leur violence avec des buts honorables et des situations historiques. D'autres jeux de tir (shooters) utilisent la survie comme justification : il faut tuer ou être tué. Que ce soit l'honneur, la survie, les troubles mentaux, le gain personnel, la vengeance ou l'héroïsme, les protagonistes de jeux vidéo ont toujours une raison pour commettre des actes de violence. Dans le contexte du jeu, la violence est justifiée. Mais qu'est-ce qui arrive si on enlève ces justifications? Est-ce que ça change la nature de la violence?

(les deux prochains paragraphes ont des spoilers de Hotline Miami)

J'étais agréablement surpris par ce que Hotline Miami disait sur la violence dans les jeux vidéo. Le jeu est hyper violent. C'est pour ça que j'avais mal jugé le jeu comme étant peu profond. Dans le jeu, le joueur reçoit des appels téléphoniques qui lui disent de se rendre à une certaine adresse pour ensuite tuer tout le monde à cet endroit.

Un des fins du jeu révèle que c'était deux hommes qui appelaient le joueur et qui orchestraient le tout. Pendant cette scène, le quatrième mur est brisé. Les deux hommes suggèrent fortement qu'ils sont en fait les concepteurs du jeu. Ils indiquent que la seule justification pour la violence est qu'ils (les concepteurs) ont dit au joueur de le commettre (par les appels dans le jeu ainsi que par la création du jeu même). Puisque le récit du jeu n'est pas vraiment conclu, le joueur est porté à penser à ce qu'il a fait pendant le jeu.

Image de giantbomb.com
La violence dans Hotline Miami n'est ni héroïque ni justifiée. Le jeu m'a fait réaliser que j'aivais tué beaucoup de personnes pour le divertissement pur et simple. Mais quand on y pense, n'est-ce pas ce qu'on fait dans tous les jeux violents?

Tuer pour se divertir

(spoilers mineurs de Spec Ops: The Line)

Spec Ops: The Line explore cette question en profondeur. Le jeu a gagné le prix Jeux de l'année de Zero Punctuation puisque, selon Yahzee, c'est le jeu qui mérite le plus d'être joué. À première vue, The Line parait comme n'importe quel jeu de guerre pro américain, mais cet effet est voulu. Le jeu vous fait jouer comme tous les autres jeux militaires avant de vous faire remettre tous vos actes en question.


Même les écrans de chargement m'ont porté à penser à propos de la violence dans les jeux vidéo. Un passage m'a particulièrement frappé : « Tuer pour soi, c'est commettre un meurtre. Tuer pour son gouvernement, c'est héroïque. Tuer pour se divertir, c'est innocent » (traduction). Est-ce que tuer pour se divertir n'a vraiment pas de conséquences? En jouant un tel jeu, nous pensons « je tue quelqu'un », pas « j'aligne mon curseur sur un groupe de polygones pour faire avancer la simulation ».

Plus tard dans The Line, un animateur de radio commence à commenter vos actions. Pendant que le joueur tue des ennemies pour avancer, l'animateur parle à propos des morts puisqu'il connaissait ces personnes. Cet effet est l'inverse des autres jeux violents : par exemple, dans Call of Duty, le curseur devient rouge sur vos ennemis sans noms et il devient vert sur vos alliés. Le nom et le grade de vos alliés apparaissent aussi, ce qui indique clairement que votre équipe est noble et humain tandis que les autres sont une menace sans nom ou identité.

Image de mobygames.com
Ce que font Call of Duty et beaucoup d'autres jeux violents s'appelle othering : on déshumanise l'ennemi afin de justifier la violence. Lorsque des humains sont réduits à des chiffres sur une page ou à des menaces anonymes, on est plus apte à leur faire des choses terribles. Selon mon professeur d'allemand, c'est comme ça que les nazis ont justifié leurs actes. Spec Ops m'a fait réaliser que j'ai tué d'innombrables minorités, tous victimes du othering dans le contexte de jeux de tir américains. (http://www.digitalislam.eu/article.do?articleId=1704)

Je ne pense pas que des adultes avec l'esprit critique seront portés à la violence par des jeux violents, mais jusqu'à quel point que l'exposition continue aux représentations idéologiques xénophobes influera sur un enfant? Les jeux vidéo violents sont peut-être dangereux pour leur effet sur nos pensées, pas nos actions.

Image de gamingbolt.com
Persuasive Games, un important livre d'Ian Bogost, comporte un chapitre sur la façon dont les jeux vidéo représentent des idéologies avec leurs règles. Je pense que ce concept est très important pour comprendre comment les jeux vidéo influencent notre comportement. Spec Ops: The Line m'a montré combien nous prenons pour acquis les représentations et les règles des jeux de tir modernes. L'exemple du othering dans Call of Duty illustre comment le concept peut être imposé sur le joueur.

Le jeu vidéo est fondamentalement différent des autres médias. Sa nature interactive peut immerger le joueur et le faire vouloir participer. Les jeux vidéo sont une expérience très active, exigeant souvent la concentration totale et la pensée rapide. Beaucoup de personnes passent énormément de temps dans ces mondes numériques. Au lieu d'essayer de trouver un lien entre la violence et les jeux vidéo, il est important de découvrir comment les jeux vidéo changent subtilement notre façon de penser et notre vision du monde.

No comments:

Post a comment